• Archipop
  • Contact
  • Espace déposants
  • Adhérer et soutenir
  • Participez !
  • Votre espace
    Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Newsletter
  • Déposer vos films

Les films

© Archipop. Toute reproduction ou modification est interdite.
En savoir plus

Sacre et intronisation Monseigneur Stourm à Amiens - Reportage E.D.F

Les fidèles d'Escarbotin se rendent en bus à la Cathédrale Notre-Dame de Paris pour assister au sacre de Monseigneur Stourm le 2 avril 1951. Son intronisation dans la cathédrale Notre-Dame d’Amiens se déroule le 17 avril 1951. Il est accueilli sur la place par les anciens combattants et le clergé du diocèse d’Amiens.
On découvre la ville d'Amiens en reconstruction suite aux lourdes destructions de la Seconde Guerre Mondiale.

En septembre 1951, un reportage est réalisé en collaboration avec E.D.F suite aux catastrophes météorologiques qui se sont abattues sur la France toute cette année là. Ce reportage met en scène le travail très réactif des électriciens d'E.D.F après les appels téléphoniques des usines du Vimeu informant d'une panne de secteur suite à une tempête qui fit tomber des arbres sur les lignes électriques.

A propos du sacre et de l’intronisation de Mgr Stourm.
Commentaire d'Aurélien André, archiviste du disocèse d'Amiens :

"Sans évêque depuis le décès de Mgr Droulers en juin 1950, le diocèse d’Amiens à la joie d’accueillir son nouveau pasteur nommé par le pape Pie XII au printemps 1951. L’abbé René Stourm était jusqu’alors curé de la paroisse de Levallois-Perret.
Le 2 avril 1951, dix autocars emmènent vers Paris les fidèles du diocèse pour assister au sacre de leur nouvel évêque à Notre-Dame.
A Notre-Dame, Mgr Feltin, archevêque de Paris, officie comme archevêque consécrateur. Le rite commence par l’apposition du livre des Evangiles ouvert sur les épaules du nouveau prélat.
Après l’onction épiscopale, Mgr Stourm a le front et les mains entourés de chrémeaux (pièces de lin) aux endroits où il a reçu les onctions de saint chrème.
Il peut célébrer sa première messe comme évêque, sur un autel particulier installé contre un pilier du transept.
Le nouvel évêque, mitré et crossé, trône devant le maître-autel.
Mgr Roncalli, futur pape Jean XXIII, et pour l’heure nonce apostolique à Paris, assiste à la cérémonie.
A la fin de la cérémonie du sacre, l’abbé Pierre Doal, les clergés amiénois et parisien quittent Notre-Dame pour se retrouver au grand banquet à l’archevêché.
Quinze jours plus tard, le 17 avril 1951, Mgr Stourm est intronisé à la cathédrale d’Amiens. Il est accueilli au grand portail par une délégation des anciens combattants.
La ville d’Amiens est alors en pleine reconstruction. Les maisons de la place Notre-Dame viennent juste d’être rebâties.
Les prêtres du diocèse attendent leur nouvel évêque sur le parvis. Mgr Fourcy, doyen du chapitre cathédral, et vicaire général, attend Mgr Stourm au bas de la nef pour lui présenter la croix et lui offrir l’eau bénite et l’encens suivant les rites liturgiques.
Mgr Stourm descend de voiture accompagné du chanoine Oger, à sa droite, et du chanoine Ricard, à sa gauche. Ayant reçu l’eau bénite, il asperge l’assistance avant de revêtir les ornements pontificaux dans la première chapelle au bas de la nef du côté nord.
Le doyen du chapitre l’accueille sur le perron du chœur et lit son discours de bienvenue.
C’est maintenant l’heure de la prière au maître-autel, entouré des chanoines du chapitre. L’interminable cérémonie de l’obédience peut commencer : ayant pris possession du trône, Mgr Stourm y reçoit les serments de 250 prêtres de son diocèse, individuellement présentés par Mgr Fourcy.
Pendant ce temps, l’abbé René Reboud dirige les chorales installées dans les stalles du chœur.
Après la bénédiction du maître-autel, Mgr Stourm descend vers la nef et monte en chaire où il prononce sa première prédication comme évêque d’Amiens. Dans ces vues prises depuis le triforium, on reconnaît dans l’assistance les surplis blancs des séminaristes, les cornettes des filles de la Charité et les coiffes des sœurs de la Sainte-Famille.
Depuis les tours de Notre-Dame, on mesure l’avancée de la reconstruction. La façade du Sagittaire est toujours en place rue des Vergeaux.
Dans la cathédrale, Mgr Stourm se recueille sur la tombe de son prédécesseur Mgr Droulers puis se rend au monument aux morts de la ville d’Amiens."
Aurélien André, archiviste du disocèse d'Amiens.

A propos du reportage EDF : Vue des ateliers de serrurerie Laperche.
« L'entreprise Laperche a été l’un des fleurons de l’industrie du Vimeu sous la marque JD, initiales de Joseph Depoilly dont la famille originaire de Dargnies commença le commerce de serrures en 1788. Mi XIXe siècle l'usine s’implante à Friville-Escarbotin et emploie près de 200 personnes en 1856. En 1910, Paul Laperche épouse Cécile Fleury , la petite fille de Joseph Depoilly, et donne son nom à l'entreprise qu'il dirige. Après la guerre 14/18 Paul Laperche, qui fut l'interprète du Mal Foch lors de l'Armistice de Rethondes, développe considérablement l'usine mais se tue avec son fils Jean dans un accident de voiture en 1946. C'est sa belle-fille qui reprendra le flambeau et redonnera un nouvel essor à l'entreprise qui développera de nouveaux produits comme les serrures de miroiterie et électroniques pendant "les 30 glorieuses". En 1992 Laperche rejoint le groupe Assa Abloy qui la spécialise dans les produits haut de gamme toujours fabriqués aujourd'hui ; le groupe n'utilise plus la marque depuis 2008. » Jean-Mary Thomas, auteur et historien local.
Autres résultats
Ma recherche multi-critères : Sauvegarder ma recherche