• Archipop
  • Contact
  • Espace déposants
  • Adhérer et soutenir
  • Participez !
  • Votre espace
    Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Newsletter
  • Déposer vos films

Les films

© Archipop. Toute reproduction ou modification est interdite.
En savoir plus

Sortie à la mer des ouvriers de Tourcoing : Merlimont, Berck, Boulogne, Le Touquet, Etaples

Ce serait un groupe d'ouvriers de l’industrie textile de Tourcoing, membre d'une paroisse et accompagnés d'un prêtre.
Ils partent de Tourcoing et font une sortie en bord de mer.
Ils longent le littoral de la côte d'Opale : Merlimont, Berck, Boulogne, la Baie d'Authie, Le Touquet, Etaples.
Ce film regroupe plusieurs excursions.

Lieux traversés en détail :
Départ de Tourcoing (59).
à 1'05 : Plage du Touquet.
à 1'45 : Plage de Merlimont
à 3'18 : dans les bâches en baie d’Authie
à 4'03 : forêt du Touquet puis laies de mer entre Étaples et Camiers.
à 6'05 : Berck (l'esplanade vient juste d’être construite).
à 6’49 : Boulogne-sur-Mer
à 8'20 : Zone protégée, les hommes et les femmes font des bouquets champêtres de lavande ou lilas de mer entre Étaples et Boulogne. Vers St Gabriel, littoral protégé, zone inconstructible. La flore est sauvegardée.
à 9’39 : En Baie d’Authie
à 12’38 : En haut du Mont de Camiers, on distingue l'usine “La Boulonnaise”, cimenterie de Camiers
à 13’44 : Le Touquet : la mairie, l'Hôtel de ville du Touquet et son beffroi.
à 15’12 : Les pêcheurs d’Étaples, puis la gare.
à 17’21 : Le Touquet.


A propos de la cimenterie de Camiers :
Un groupe d’ouvriers de l'industrie textile de Tourcoing est en sortie sur la côte d’Opale. Il s’arrête en haut du Mont de Camiers, près des bâtiments blancs appartenant à l’Institut Albert Calmette et des cheminées de l'usine « La Boulonnaise », cimenterie de Camiers.
L’usine démarre sa production en 1914 et est exploitée durant les quatre années du conflit mondial par les soldats belges et camiérois réformés ou trop âgés pour servir au front. La cimenterie connut son âge d’or dans les années vingt pour la première reconstruction. Elle ferme ses portent en 1933 pour causes économiques. Elle est en partie détruite par les bombardements alliés durant la Seconde guerre mondiale. Il ne reste plus que des pans de murs, le silo et trois grandes cheminées hautes de 80 et deux fois 50 mètres. Dans l’intérêt de la sécurité publique, la Ville de Camiers ordonne la destruction des trois cheminées en 1967.
Autres résultats
Ma recherche multi-critères : Sauvegarder ma recherche